AS Monaco (1977-78)

Le 3e titre de champion de France de l'histoire de l'ASM est le plus inattendu et reste l'un des plus marquants. Promue et sacrée, cette équipe est inoubliable

L'histoire commence par un rêve. Un vrai. Juillet 1977 : l'ASM est en stage de préparation au Touquet. Delio Onnis se lève de la sieste avec le sourire. Il vient de voir Monaco gagner ses cinq premiers matchs de championnat. Quand il raconte son rêve à ses coéquipiers, tout le monde rigole. Normal : l'équipe monte tout juste de D2. « Au Touquet, après un match amical, nous avions dîné avec les dirigeants de Lens. Ils avaient passé la soirée à nous expliquer, le plus gentiment du monde, toutes les difficultés que nous allions rencontrer pour nous maintenir. A la fin de la saison, nous étions champions de France et Lens descendait d'un étage », se souvient Jean-Louis Campora qui aborde sa 3e année de présidence.

Avant même les trois coups, les recrues ont fait l'unanimité. Avec Courbis, Gardon, Vitalis, Moizan et Noguès, l'ASM sait qu'elle va pouvoir voyager. ça tombe bien : le premier déplacement mène les Monégasques...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter