Jimmy Jean-Louis et les autres membres du jury Fiction du Festival international de télévision de Monte-Carlo, l'acteur britannique Jason Isaacs, la businesswoman Anne Sweeney, l'actrice mexicaine Ana de la Reguera et le producteur allemand Joerg Winger. Photo Jean-François Ottonello

VIDEO. Jimmy Jean-Louis: "J'ai l'impression qu'on piétine Haïti depuis son indépendance"

Membre du jury Fiction du 58e Festival international de télévision de Monte-Carlo, qui se poursuit jusqu'à mardi au Grimaldi Forum, l'acteur haïtien réputé pour ses rôles dans la série "Heroes", auprès de Robert de Niro dans Joy, ou encore "Toussaint Louverture", livre son cruel ressenti sur son pays, l'un des plus pauvres du monde. Un cri du coeur

Jimmy Jean-Louis a le sourire en bandoulière et la bonne humeur chevillée au corps, mais derrière cette carapace avenante, l'acteur haïtien cache un coeur qui saigne pour ses compatriotes des Caraïbes. Un peuple fier et riche mais délaissé par la communauté internationale.

Haïti, un pays qui fait la Une des journaux uniquement quand des drames s'y abattent, comme en 2010 lors du séisme qui avait fait plus de 300.000 morts. Et depuis ?

"le premier pays noir
à avoir son indépendance"

"J'ai un sentiment d'abandon d'Haïti depuis très longtemps. C'est quelque chose que je n'arrive pas trop à comprendre... J'ai mes petites idées mais c'est difficile de comprendre alors qu'Haïti a beaucoup fait pour le monde. Haïti a été le premier pays noir à avoir son indépendance. Haïti s'est battu pour l'égalité des races. Et pourtant j'ai l'impression qu'on a tout le temps piétiné Haïti depuis son indépendance... Ce n'est pas par hasard, c'est calculé...", regrette amèrement l'interprète de "L'Haïtien" dans la série Heroes.

La suite, en vidéo... Et notamment un mot sur le derneir projet de la famille Jean-Louis, le court métarge Lola's House, sur la traite des enfants en Haïti. Un projet récemment primé à Paris.

Cliquez ici pour voir le contenu