« Je crois que je pourrais vivre ici à Monaco », a avoué le rappeur 50 Cent au Festival TV. Photo JFO

50 Cent au Festival TV de Monte-Carlo: "Je pense être bien perçu maintenant"

Le rappeur et businessman est venu défendre sa série Power en tant qu'acteur et producteur. Décontracté, il évoque aussi la manière dont il a défié la vie et remet un tacle au biopic de 2Pac

Il a beau avoir un regard enfantin et le sourire généreux, le rappeur 50 Cent - qui tire son nom d'un criminel new yorkais - n'en reste pas moins un gros dur. Au point qu'hier, dans les coulisses du Festival TV de Monte-Carlo, quelques journalistes s'inquiétaient de savoir à quelle sauce ils allaient être mangés.

Livré à lui-même dès le plus jeune âge, biberonné au trafic de drogue et atteint de 9 balles de 9 mm en pleine rue l'année de ses 25 ans, 50 Cent est un miraculé. La rage au ventre, le boxeur se remet sur pieds en un temps record et tape dans l'œil d'un certain Eminem. Deux ans plus tard, grâce à des titres incisifs (In da Club, Candy Shop, P.I.M.P…), il dynamite les charts. Le clip de Window Shopper (2005), tourné à Monaco et agrémenté d'extraits de son biopic Get rich or Die Tryin', symbolise...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter