Michèle Tabarot. Photo Patrice Lapoirie

Quarante députés soutiennent Michèle Tabarot pour la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les prisons et la radicalisation

La députée azuréenne Michèle Tabarot, soutenue par une quarantaine de cosignataires issus du groupe LR, demande la création d’une commission d’enquête parlementaire sur "la sécurité des personnels pénitentiaires et la détention des individus djihadistes et radicalisés dans nos prisons".

"Le phénomène de radicalisation dans nos prisons est connu de longue date, note-t-elle, mais il s’accompagne désormais des dangers liés à la présence de terroristes et de djihadistes de retour du Moyen-Orient qui sont loin d’être tous des repentis. Bien au contraire, ce sont de criminels endurcis qui font peser un risque sévère sur les surveillants pénitentiaires. La menace a changé de dimension. On ne parle plus ici de prévention, mais bien désormais de l’urgence de lutter contre la menace djihadiste à l’œuvre dans nos prisons".

La commission d’enquête qu’elle appelle de ses vœux devrait poursuivre un double objectif: "Lutter contre le risque de contagion radicale dans nos prisons, et renforcer la protection des surveillants en réfléchissant aux conditions de détention des djihadistes."