Pour Gilles Tonnelli, conseiller de gouvernement - ministre des Relations extérieures et de la Coopération, il faut préserver notre identité nationale Photo d'illustration Michael Alesi

Pour Gilles Tonnelli, il faut "préserver l'identité nationale" dans les négociations avec l'Union européenne

Pour y voir plus clair sur les négociation avec l'Union européenne, nous avons posé quelques questions à Gilles Tonelli, conseiller de gouvernement - ministre des Relations extérieures et de la Coopération

Monaco, Andorre et Saint-Marin sont-ils, ensemble, plus forts pour défendre les spécificités de chacun?
Oui, cette considération a conduit depuis le début de la négociation, nos trois petits États à se consulter régulièrement, afin de s’accorder sur des positions communes devant les négociateurs européens et particulièrement sur le chapitre institutionnel de l’accord. Cela a bien fonctionné. Cette réunion tripartite au niveau des chefs de Gouvernement, la quatrième sur ce format, a d’ailleurs permis de réaffirmer cette position commune.
La préservation des spécificités est par définition plus propre à chaque situation, ce qui n’empêche pas que nous poursuivions nos consultations afin de dégager des points de convergence. En définitive, ce que nous partageons, c’est bien le souci constant de préserver notre identité nationale.

Bruxelles connaît-elle suffisamment bien Monaco?
Il est primordial de toujours expliquer et sensibiliser nos...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter