Dimanche, l’ambassade de France a accueilli 277 votants. Les 7 bulletins blancs et les 4 nuls portent à 266 le nombre de suffrages exprimés, soit seulement 5,80 %. Photo Ambassade de France

Législative partielle à Monaco: Samantha Cazebonne (LREM) en tête au premier tour

Les électeurs français de Monaco sont allés voter, dimanche, dans le cadre du premier tour de l'élection législative partielle, dans la 5e circonscription des Français de l'étranger. L'élection de Samantha Cazebonne (LREM) avait été annulée à la suite d'un recours...

Dimanche, pour le premier tour de la législative partielle dans la 5e circonscription des Français de l'étranger, Samantha Cazebonne (La République En Marche) arrive en tête à Monaco avec 98 voix, soit 35,37%, dépassant de quatre voix seulement Raphaël Chambat (Les Républicains) qui obtient 33,93% des voix.

Loin derrière, Ludovic Lemoues (Front des Patriotes Républicains) fait 9% des voix et François Ralle-Andreoli (Agissons Ensemble), 5%.

Dans l’attente de la publication officielle par la commission électorale, c’est pourtant bien le candidat d’Agissons Ensemble (soutenu par Europe-Ecologie-Les Verts, la France Insoumise et Génération-s) qui devrait affronter la députée sortante le 22 avril prochain. Car les Français de Monaco ne pèsent pas lourd dans une circonscription qui compte l’Espagne, le Portugal et Andorre. Et ce d’autant que le taux de participation est extrêmement faible à Monaco: 5,80% des inscrits, soit 277 votants et 266 suffrages exprimés seulement !

Samantha Cazebonne ne devrait pas avoir trop de mal à récupérer son mandat de députée, perdu, rappelons-le, à la suite de l’annulation, par le Conseil constitutionnel, de son élection, "compte tenu du faible écart" de 60 voix entre les candidats arrivés deuxième et troisième.

Mais la déferlante Macron s’est calmée. En juin 2017, les Français établis hors de France avaient fait gagner à LREM 9 des 11 sièges de députés qui les représentent. Ces dernières semaines, six législatives partielles en France ont montré que les candidats LREM ne bénéficiaient plus du même engouement.