"Nous serions très heureux d’accompagner le Liberia", assure le souverain, admiratif du parcours de Mister George". Photo J-F.O.

Le Prince Albert II ouvre la boîte à souvenirs: "Humainement, George Weah a laissé une empreinte indélébile à Monaco"

Le 9 janvier dernier, le prince Albert II a adressé ses plus sincères félicitations au nouveau président du Liberia. Une missive habituelle à l’avènement d’un nouveau chef d’État. Sauf que l’élu avait le visage familier de l’espoir et la plume le ton amical. "Cher George, je vous souhaite le même succès dans vos futures responsabilités que lors de votre carrière sportive."

Au lendemain du match nul arraché par Falcao au voisin niçois, le souverain a accepté d’ouvrir la boîte à souvenirs et affirmé qu’il serait le premier supporter du légendaire n° 9 de l’ASM – "un type remarquable"–, dans "l’immense chantier" qui l’attend.

Comment avez-vous accueilli le fait que "Mister George" accède à la présidence du Liberia?
Je trouve qu’on passe un peu rapidement sur son parcours à Monaco. On se concentre sur George Weah parisien, George Weah milanais, et on oublie qu’il a été un de nos meilleurs joueurs de tous les temps. Un type assez remarquable. Jeune joueur, on sentait d’abord son talent, sa puissance, sa vitesse et ses qualités techniques. Mais c’était...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter