Michaël Payet-Maugeron, malgré ses 23 ans, a déjà une petite expérience de la politique locale. Thibaut Parat

Le Front national se cherche encore dans la 4e circo

Avec des scores élevés lors des dernières élections, le FN peine pourtant à trouver une stabilité sur la circonscription. Michaël Payet-Maugeron espère incarner le renouveau du parti sur le terrain

Le Front national a ce quelque chose de paradoxal. Dans la 4e circonscription, les échéances électorales passées démontrent que le parti frontiste n'a eu de cesse de grappiller des pourcentages. À la présidentielle, Marine Le Pen s'octroie la première place dans la ville-centre, Menton. Dans la foulée, aux législatives, le FN représenté par Olivier Bettati, en seconde position, devance le parti Les Républicains sur ses propres terres. « Le vote FN répond à des motivations nationales accentuées par des considérations locales comme la pression migratoire à la frontière. Chez ces électeurs-là, il y a une anxiété nourrie d'une nostalgie de la France », analyse...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter