Jean-Louis Grinda devant les Monégasques, mercredi soir, au restaurant de la société nautique. Photo DR

Cinq phrases à retenir de la réunion d'Union Monégasque sur l'Union Européenne

Jean-Louis Grinda et ses amis candidats à la prochaine élection nationale ont invité les Monégasques pour évoquer leurs positions sur les négociations entre le gouvernement princier et l'Union Européenne qui aboutira, à terme, à la ratification d'une loi par le conseil national.

Voici les cinq phrases à retenir : " Nous ne sommes pas vraiment « indépendant souverain » car nous n’avons pas le choix de notre monnaie, de notre taux de TVA, de notre fiscalité des entreprises et il y a 15 ans, nous n’avions pas le choix de notre Ministre d’État. C’est donc une souveraineté encadrée et l’Europe s’applique à travers. " Jean-Charles Allavena

"Les négociations actuelles sont uniquement des négociations de travail, de partenariat avec l’Europe." Jean-Charles Allavena

"L’Europe attend de nous que nous soyons des partenaires." Jean Billon

"Le rôle du Politique, c’est de rappeler que notre pays, ne demandant rien, n’est pas enclin à lâcher quoi que ce soit de ce qui fait notre particularité." Jean-Louis Grinda

" Outre les exportations pour nos entreprises (y compris les entreprises culturelles), je n’oublierai pas les avantages pour notre jeunesse

(Erasmus, intégration moins onéreuses dans les grandes université,...) ainsi pour nous-mêmes." Jean-Louis Grinda