Le candidat UM Jean-Louis Grinda a organsié un premier Facebook live mercredi soir Capture d'écran Facebook

5 choses à retenir du premier Facebook live de Jean-Louis Grinda

Avant son premier meeting au théâtre Princesse-Grace, le mercredi 17 janvier à 19 heures, le candidat Union monégasque à l'élection nationale a innové en menant le premier Facebook live politique "de l'histoire de la Principauté"

Sans cravate et col de chemise déboutonné, le candidat Union monégasque à l'élection nationale, Jean-Louis Grinda, a bousculé les codes de campagne, ce mercredi soir, en organisant un premier Facebook live.

À l’heure où Béatrice Fresko-Rolfo (Horizon Monaco) partageait "une énième tarte à la frangipane" et que Stéphane Valeri (Primo!) montait à la tribune d’un "meeting traditionnel", Jean-Louis Grinda a invité les internautes a participé à un jeu de questions-réponses.

Si l'audience était maigre hier soir, le compteur affichait un peu plus de 600 vues ce matin sur le compte Facebook du groupe politique monégasque.

Voici une sélection non exhaustive des prises de position du candidat à la présidence du Conseil national.

1. L'Europe

"Il n’est absolument pas question, et il n’a jamais été question, d’adhérer à l’Union européenne. Le souverain l’a dit de manière très claire. Il n’est pas question non plus d’abandonner nos spécificités : la priorité nationale, le droit au logement, l’installation des professions réglementées."

2. La qualité de vie

"Il n’y a plus de quartiers épargnés par les chantiers et le bruit et c’est très dommageable pour l’avenir. Il y a déjà des résidents qui songent à s’en aller parce que la vie est insupportable (...). Le gouvernement se contente d’un calendrier des chantiers. On réclame un phasage pour, notamment, en postposer certains."

3. Les retraites

« Nous ne voulons pas toucher aux conditions d’accès à la retraite des fonctionnaires et agents de l'Etat et créer
une caisse de retraite autonome, indépendante du budget de l’Etat, pour garantir, de façon pérenne, les retraites."

4. Le stade Louis-II

Jean-Louis Grinda a maintenu sa "proposition assez suicidaire en terme électorale et provocatrice".

Oui, il trouverait judicieux de créer 1000 logements à la place du stade Louis-II alors que les prévisions démographiques de l'Imsee évoquent des chiffres "alarmants"  et un passage de 9000 à 13000 Monégasques à moyen terme (10-15 ans).

"Ce n’est pas aberrant, injuste, stupide ou loufoque – comme le dit Stéphane Valeri – de penser à un projet concret dès aujourd'hui."

"Peut-être qu'on va me dire, parce que nous avons eu cette idée, qu'on va faire une nouvelle extension en mer dédiée aux Monégasques? Le fait de poser la question avec force, comme nous l'avons fait pendant cette campagne, aura ainsi, au moins, permis de poser le débat."

5. Egalité hommes-femmes

"C'est vrai que c'est un sujet à la mode mais il ne suffit pas d'en parler pour être à la mode. "

" Ne croyez-vous pas que la première violence faite aux femmes c'est de ne pas respecter la Constitution en Principauté? C'est exactement ce qu'il se passe aujourd'hui. Nous ne respectons pas la Constitution qui dit, très précisément, que tous les Monégasques  sont égaux et qu'il n'y a pas, entre eux, de privilèges. Or, aujourd'hui, se pose la question du chef de foyer (...) Nous voulons que les couples puissent choisir librement qui est le chef de foyer, Monsieur ou Madame."

Évoquant des "discriminations du passé", Jean-Louis Grinda incite "à sortir du Moyen-Age sur ce point" et en finir avec un "patriarcat absolument indéfendable et insupportable."