Claude Lelouch est le président du jury du Monte Carlo Film Festival. Photo Michael Alesi

Pour Claude Lelouch, Johnny Hallyday a "écrit un testament en toute lucidité"

Le réalisateur français, président du jury du Monte-Carlo Film Festival qui se tient cette semaine, s'est confié au sujet du grand déballage médiatique autour de l'héritage de Johnny Hallyday.

Claude Lelouch a été particulièrement touché par la perte de celui qu'il considère comme "un frère". "J’ai grandi avec lui, je l’ai filmé toute sa vie depuis son premier clip, que j’avais réalisé en 1962 (L'idole des Jeunes). Quand il chantait, il y avait du divin, comme si le bon Dieu nous parlait à l’oreille", explique-t-il dans une interview qu'il a accordée à Nice-Matin.

Interrogé sur le déballage médiatique autour de la succession du chanteur, le réalisateur estime que seul Johnny "peut répondre à toutes les questions que les gens se posent." Pour lui, il est néanmoins clair que le rockeur a écrit "un testament en toute lucidité, de sa main".

Et de se justifier avec une anecdote: "Quand j’ai fait avec lui "Salaud, on t’aime" c’était le sujet du film, celui d’un homme qui a le sentiment d’avoir consacré sa vie à son métier plutôt qu’à ses enfants et qui a envie de rattraper le temps perdu. On a travaillé sur un sujet que l’on connaissait bien tous les deux.

"Ne comptez pas sur moi pour révéler les deux ou trois secrets qu’il m’a confié! Au nom de l’amitié bien sûr…", a-t-il ajouté.

>>LIRE AUSSI. Héritage de Johnny Hallyday: le message de Jean Reno à la famille du chanteur

"Déshériter ses enfants, je n'ai jamais entendu ça dans sa bouche"

Une position que ne partage pas un autre ami de longue date de Johnny Hallyday, Hugues Aufray. "Je ne vois pas Johnny rédi­ger un texte comme ça tout seul. Déshé­ri­ter ses enfants, je n'ai jamais entendu ça dans sa bouche", s'est-il exprimé sur BFMTV.

L'héritage du rockeur est l'objet d'une âpre bataille juridique entre d'un côté sa veuve et de l'autre les enfants de Johnny, Laura et David Smet, âgés respectivement de 34 et 51 ans.

Deux mois après la mort de Johnny Hallyday, les deux aînés ont lancé une action en justice pour contester le testament américain de leur père au seul profit de Laeticia.

La procédure devrait durer plusieurs mois. Le camp adverse leur oppose des donations dont ils auraient bénéficié du vivant du chanteur.

David et Laura Smet ont également intenté une action en référé pour obtenir un droit de regard sur l'album posthume de Johnny Hallyday, ainsi que le gel de son patrimoine dans l'attente du règlement du litige sur l'héritage.