«On évoque 85 procédures! Au final il y en a quatre», regrette l’avocat de la partie civile. Photo Cyril Dodergny

Une femme divorcée a-t-elle tenté d'escroquer son ex-époux?

Un couple danois, marié en 1990 et divorcé en 1998 dans ce plus petit des pays scandinaves, est venu s'affronter devant le tribunal correctionnel de Monaco.

Leur séparation semble avoir décuplé une sorte de vengeance pour une histoire de "prêt d'associés". Il s'agit d'un mode de financement qui consiste à verser une somme d'argent dans les caisses de leur société et considérée, juridiquement, comme productive d'intérêts.

En l'occurrence, l'ex-épouse estimait que dans le cadre du règlement de la rupture légale du mariage, son conjoint - à l'époque de leur union - lui devait encore 2 millions de couronnes. Soit quelque 230.000 euros.

Dans un premier temps, cette femme tente de recouvrer l'argent réclamé. Elle demande le blocage des...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter