Le prévenu : « Ça fait vingt-deux ans que je consomme. J'en ai besoin… » Frantz Bouton

Un Niçois fumait du shit pour soigner sa schizophrénie

Habituellement, on considère la passion comme le propre de la vie.

Habituellement, on considère la passion comme le propre de la vie. Quel paradoxe quand on entend ce quadragénaire niçois sans profession. Il a comparu menotté, vendredi, à l'audience de flagrance du tribunal correctionnel. Il lui est impossible d'imaginer une autre adoration que son addiction pour les stupéfiants.

Pour atténuer les effets de sa schizophrénie, prétend-il, il consomme 4 à 5 g de résine de cannabis quotidiennement. Contrôlé le 6 mai dernier, vers 10 h 30, sur son deux-roues au niveau du boulevard Charles-III, le prévenu a remis aux policiers un petit morceau de 4 g de résine de cannabis. Conduit à la Sûreté...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter