Un mois requis contre le hacker qui avait dévoilé des informations confidentielles sur le personnel du CHPG à Monaco

Le hacker qui avait piraté les données personnelles du personnel du CHPG a été jugé. Il reconnaît les faits. Le tribunal correctionnel rendra sa décision le 6 juin

Le représentant du parquet général a requis, mardi soir, douze mois de prison avec sursis, de 3.000 € à 5.000 € d'amende, liberté d'épreuve pendant cinq ans et obligation d'indemniser les victimes, à l'encontre du pirate informatique du CHPG.

Ce hacker de 32 ans était poursuivi pour avoir, au cours du premier semestre 2016, lancé deux attaques à l'aide de logiciels malveillants afin de contaminer les 648 postes du système. Il avait également diffusé notamment aux élus du Conseil national, à des journalistes et à des inspecteurs du fisc français, par le biais de la messagerie du chef de service, un fichier des ressources humaines avec les données confidentielles et administratives du personnel hospitalier. Dont les salaires.

À l'époque, l'affaire avait fait grand bruit sur le territoire monégasque.

"Syndrome du burn-out"

Devant le tribunal correctionnel, à la demande du président Jérôme Fougeras-Lavergnolle, le prévenu a reconnu les faits. Il explique son...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter