"Un manquement, même bénin, peut avoir des conséquences gravissimes! Mortelles dans cette affaire!", fustige le président de la Cour d’appel. Photo J.-F.Ottonello

Un maître d’œuvre condamné après un accident mortel sur un chantier à Monaco

Relaxée en première instance, la Cour d’appel, dans son arrêt, a reconnu, ce mercredi matin, la «S.A.M. Insobat», maître d’œuvre, coupable d’homicide involontaire par imprudence. Cette juridiction correctionnelle a condamné l’entreprise monégasque, à 15.000 euros d’amende.

Il a été alloué à la veuve une somme de 35.000 euros et le versement de 90.499 euros à l’assureur-loi Axa (accident du travail). En revanche, les juges ont confirmé la relaxe de la S.A.R.L. Fernando, employeur du métreur décédé.

Dans nos éditions de Monaco-Matin des 28 juin et 17 juillet 2017, nous évoquions ce triste jour du 2 novembre 2015. Sur un chantier de rénovation de façade, à hauteur du 9, rue de La Turbie, un métreur-vérificateur montait sur une échelle mal arrimée à l’échafaudage. Il chutait et...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter