Silence ! Ça perquisitionne

Le bureau de Philippe Narmino à la Croix-Rouge a été perquisitionné hier midi. Quelques heures avant, Rybolovlev lui-même rompait le silence par une déclaration fracassante

L'omertà ! Tout Monaco bruisse, mais personne ne parle. Comme un mot d'ordre, c'est « aucun commentaire » à tous les étages, dès lors qu'il s'agit d'évoquer la garde à vue de Philippe Narmino, ex-directeur des Services judiciaires. Le parquet général et le cabinet d'instruction ne font « aucun commentaire » ; les avocats du clan Rybolovlev sont encore moins bavards, n'accusant même pas réception de nos multiples sollicitations. Quant à Philippe Narmino lui-même, son numéro bascule automatiquement sur boîte vocale… Du moins le numéro utilisé en 2015, dans les échanges de SMS avec Tetiana Bersheda, l'avocate de Dmitri Rybolovlev, et qui sont à l'origine du scandale qui fait vibrer Monaco depuis la fin de l'été.

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter