Dmitri Rybolovlev et Yves Bouvier feront encore parler d‘eux en 2018. Photos Jean-François Ottonello

Rybolovlev, star de l'année judiciaire à Monaco

En 2017, l’affaire opposant Yves Bouvier et Dmitri Rybolovlev aura poussé vers la sortie Philippe Narmino, le directeur des services judiciaires de la Principauté, et l’expression «MonacoGate» envahi la presse française et étrangère.

Dire que Dmitri Rybolovlev est une star médiatique à Monaco est un euphémisme. En 2017, le nom du milliardaire russe a alimenté à profusion les colonnes de Monaco-Matin, des journaux sportifs et, de manière générale, de la presse internationale.

Si l’on synthétise, "Rybo" a fait la Une de l’actualité pour deux raisons.

Un, le club de football qu’il préside, l’AS Monaco, a été sacré champion de France cette année, pour la huitième fois de son histoire. Un événement qui justifie amplement que l’on parle de son président.

Deux, Rybolovlev est au cœur d’une affaire judiciaire tentaculaire. Il s’agit du conflit entre deux hommes, Yves Bouvier et lui. Le marchand d’art suisse et le collectionneur russe.

38 tableaux de maître surfacturés?

Le dossier est né à Monaco aux premières lueurs de 2015. Trois ans...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter