Procès en appel de l'affaire de la Tour Odéon: la justice fait le point sur les délits "d'"évasion fiscale"

Le procès en appel de l’affaire «mains propres», ce vaste dossier politico-financier qui avait secoué la Côte d’Azur à la fin des années 2000, a débuté hier matin à Aix.

Par les mêmes exceptions de nullité soulevées il y a tout juste un an devant le tribunal correctionnel de Marseille. Elles n’avaient pas fait mouche à l’époque.

Hier, le président de la cour d’appel Vincent Turbeaux a, rapidement, de nouveau joint l’incident au fond pour plonger au cœur de ce dossier: un voyage en terres paradisiaques – d’un point fiscal, du moins–, où les sacs de sports sont remplis de billets de banques, et les noms de sociétés sont parfois aussi exotiques que leurs domiciliations.

Du banditisme au monde des affaires

Durant près de 3h30, le président a résumé les...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter