La tour Odéon à Monaco. Photo J.F. Ottonello

Procès de la tour Odéon à Monaco: le maire de Beausoleil Gérard Spinelli et Lino Alberti relaxés

La cour d'appel d'Aix-en-Provence a rendu son arrêt ce mardi 20 février dans l'affaire Odéon. Ce dossier politico-financier initié il y a près de 10 ans vient de se conclure par une relaxe générale des mis en cause.

Le parquet général s'était déjà désisté de ses poursuites à l'encontre des frères Marzocco, longtemps présentés comme les corrupteurs présumés de cette affaire.

Ils avaient été soupçonnés d'avoir versé des enveloppes d'argent liquide au maire de Beausoleil, Gérard Spinelli, par l'intermédiaire d'un entrepreneur, Lino Alberti, afin de faciliter la construction de la tour Odéon.

>> LIRE AUSSI. Si vous n'avez rien suivi à l'affaire "mains propres" autour de la luxueuse tour Odéon de Monaco

À l'audience de la cour d'appel il y a un mois, le ministère public avait donc "sorti" les frères Marzocco du dossier, estimant que les charges étaient insuffisantes à leur encontre.

Il n'y avait déjà plus de corrupteur, il n'y a plus non plus de présumés corrompus. La cour a relaxé Gérard Spinelli et Lino Alberti, sur le volet Odéon de l'affaire.

"la parole de Lino Alberti a été dévaluée"

Dans son arrêt, elle souligne que le désistement du parquet général a enlevé de la cohérence à ce dossier.

En dépit d'éléments factuels que le président Vincent Turbeaux qualifie de "troublants", le magistrat souligne que "la parole de Lino Alberti a été dévaluée à force d'avoir été changeante".

L'entrepreneur avait reconnu, dans un premier temps, le pacte de corruption avant de se rétracter à l'audience.

Il a par ailleurs été condamné à deux ans de prison avec sursis dans un autre volet du dossier qui concernait cette fois la famille de feu le sénateur maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat René Vestri.

"C'est un cauchemar de neuf ans qui se termine"

Pour son avocat, "il s'agit d'une peine symbolique pour son amitié avec René Vestri". "En revanche, poursuit Me Franck De Vita, même si nous étions sereins, nous nous réjouissons de la relaxe prononcée dans le volet Odéon".

Même satisfaction pour Me François-Xavier Vincensini, l'avocat de Gérard Spinelli: "C'est un cauchemar de neuf ans qui se termine".

Dans son arrêt, le président Turbeaux estime en effet que "le maire de Beausoleil n'apparaît pas, par les actes de sa fonction ou l'abstention de ces actes, avoir pu favoriser en quoi que ce soit les frères Marzocco dans leur entreprise immobilière".