Le Conseil National Photo Cyril Dodergny

Prévention de la corruption des magistrats et des parlementaires : Monaco peut mieux faire

Le Groupe d'Etats contre la corruption (Greco) a publié ce jeudi un rapport portant sur la "Prévention de la corruption des parlementaires, juges et procureurs" à Monaco.

"La gestion des politiques anti-corruption a continué d’évoluer dans le bon sens ces dernières années et les dispositifs en la matière sont progressivement renforcés", estime le Greco, qui adresse toutefois seize recommandations à l'Etat monégasque.

L’organe européen anti-corruption recommande notamment "l’introduction d’une obligation de déclaration périodique des revenus, des intérêts et du patrimoine des élus [et] la mise en place d’un dispositif de contrôle efficace des diverses règles sur l’intégrité et la transparence des élus".

Le Greco estime ensuite, au sujet des magistrats, pour la plupart français, que "les recrutements nécessitent d’être plus transparents et basés sur des critères objectifs".

L'Etat monégasque a jusqu'au 31 décembre 2018 pour mettre en application les 16 recommandations du Greco.