Karim Wade dispose de deux millions d'euros, et les co-accusés de 10 millions d'euros sur des comptes en Principauté. Photo AFP

L'Etat sénégalais ne récupèrera pas l'argent déposé à Monaco par les opposants politiques

À l’instar des juges parisiens, la justice monégasque a refusé la confiscation des comptes bancaires du fils de l’ancien président du Sénégal, en conflit avec l’actuel dirigeant du pays

L’affaire, jugée mardi par le tribunal correctionnel de Monaco, a tous les ferments d’un règlement de compte politique. Les juges ont rejeté la demande de l’État du Sénégal concernant la confiscation des fonds détenus en Principauté par M. Karim Wade, ancien ministre de ce pays d’Afrique de l’Ouest, fils de l’ex-président Abdoulaye Wade de 2004 à 2012, et candidat malheureux aux dernières élections présidentielles.

LIRE. "Le pouvoir sénégalais de nouveau désavoué par un pays étranger"

Son cercle d’amis, dont le très proche homme d’affaires Ibrahim Aboukhalil, est également visé par cette procédure. À l’instar de l’arrêt du 14 mars 2018 de la Cour d’Appel de Paris, la décision monégasque a refusé d’exécuter, en Principauté, la requête sénégalaise dirigée contre huit prévenus, représentés à l’audience par un bataillon...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter