Les huit bières et les verres de gin étaient de trop

Malgré toutes les mises en garde, les sanctions pénales et les campagnes de sensibilisation, les conducteurs en état d'ivresse sont toujours légion à l'audience du tribunal correctionnel.

Malgré toutes les mises en garde, les sanctions pénales et les campagnes de sensibilisation, les conducteurs en état d'ivresse sont toujours légion à l'audience du tribunal correctionnel. Le dernier exemple date de mardi. À la barre, un Mentonnais de 48 ans, récidiviste, comparaissait pour avoir enfourché, le 29 juin dernier, son deux-roues avec une alcoolémie de 1,20 mg par litre d'air expiré. En répression, il passera huit week-ends...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter