Le palais de justice à Monaco. Photo J.-F. O.

Le métreur chute de l’échafaudage et se tue

Le tribunal correctionnel vient d'ouvrir un pénible et douloureux dossier pour homicide involontaire. Le 2 novembre 2015, en matinée, un métreur de soixante-deux ans intervenait sur un chantier de rénovation de façade, à hauteur du 9, rue de La Turbie, pour le compte d'une entreprise générale du bâtiment.

 Pour atteindre le niveau supérieur de l'échafaudage, installé par le second maître d'œuvre, ce vérificateur montait sur une échelle mal arrimée. Il chutait et décédait peu après.

Au cours des débats, le président Jérôme Fougeras Lavergnolle aborde avec pertinence tous les problèmes liés à cette affaire où les représentants légaux des deux sociétés monégasques sont considérés conjointement coupables de négligence. À la barre, ces chefs d'entreprises réfutent tout manquement aux consignes de sécurité. Au passage, le magistrat constate "l'absence du rapport d'expertise, et la victime n'était pas attachée…"

La partie civile, représentée par Me Franck...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter