Le Yacht-club avait dans un premier temps cru à l’action d’un employé indélicat. Archives Cyril Dodergny

La justice monégasque offre une seconde chance au voleur repenti du Yacht-club

Condamné à 18 mois ferme pour vol en 2015, et récemment extradé de Suisse, le jeune homme a su convaincre les juges de sa volonté à rentrer dans le droit chemin

Né d’une mère incarcérée pour prostitution et héroïnomane et d’un père en détention pour proxénétisme, c’est un "bébé taulard" tombé dans la spirale de la délinquance qui est passé à confesse devant le tribunal correctionnel.

Galères, rapines, mauvaises fréquentations, familles d’accueil, foyers, fugues, prison pour mineurs, squats, famine, emplois saisonniers, et la rue bien souvent pour unique logement ont rythmé son enfance et son adolescence.

Aujourd’hui, c’est un jeune homme de vingt-six ans qui revient de l’enfer. Il a fait une croix sur son calvaire, sur ses enfermements successifs, sur tous les dangers abordés.

"J'ai changé...
vous pouvez me faire confiance"


Au moment de comparaître, menotté, le prévenu dévoile courageusement son parcours, depuis les stigmates des souffrances infligées par des proches jusqu’à ce vol commis entre le 24 et 25 octobre 2011 au Yacht-club de Monaco. Le récit de ce photographe est bouleversant et la conclusion à la gloire de sa...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter