L'objet du litige est un appartement du «Château Périgord». archives Nice-Matin

La courtière n'aurait pas dû encaisser le gros chèque

Dans le cadre de la vente d'un quatre-pièces, une courtière en immobilier a déposé sur son compte personnel la totalité des frais d'agence. Un abus de confiance, pour la cour d'appel de Monaco

Condamnée en première instance à huit mois d'emprisonnement avec sursis et au versement de 15 000 euros à la partie civile, la salariée d'une agence immobilière de Monte-Carlo a vu sa peine diminuée par la Cour d'appel. Après avoir examiné le litige, l'arrêt rendu réduit la sanction à une amende de 15 000 euros et à une somme de 5 000 euros pour la société Elite International. Dans cette affaire d'abus de confiance, le parquet général avait requis par deux fois un non-lieu.

Dans ce dossier, cette Monégasque quinquagénaire, épouse d'un très haut fonctionnaire, s'était occupée de la vente d'un appartement de quatre pièces au « Château...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter