Ils volent un sac à 20.000€ dans un café, s'enfuient... et reviennent le lendemain

Deux ressortissants slovaques devaient comparaître sur notification, devant le tribunal correctionnel de Monaco, pour le vol d'un sac à main en croco signé "Ralph Lauren", d'une valeur de 20.000 euros.

Absents à l'audience, ils ont été condamnés à quatre mois de prison ferme. Malgré le fait de ne pas s'être présentés à la barre, les prévenus ne pourront pas faire opposition à un éventuel "jugement par défaut".

Cette procédure, dressée par le procureur général, vaut citation à l'égard des mis en cause, avec la faculté de les sommer de comparaître à une audience correctionnelle en qualité de prévenus libres, après leur avoir indiqué la date et l'heure.

Une seule possibilité s'offre alors aux coupables: porter l'affaire devant la Cour d'appel. Ils ont quinze jours pour s'y préparer.

Attirés par le luxe

Il faut remonter un peu plus de deux mois en arrière: le 28 mai. Ces deux individus ont l'intention de passer la soirée au "Sass' Café". Mais la direction leur refuse l'entrée et le duo flâne sur la terrasse.

À un moment, ces hommes passent près d'une chaise où pendait un luxueux sac de grande valeur. L'idée de le soustraire n'est pas lente à naître… "Sur les enregistrements vidéo, précise le président Florestan Bellinzona, on aperçoit un des personnages en train d'ouvrir sa veste. Puis le précieux accessoire féminin a disparu…"

Quand la jeune femme s'en aperçoit, les malfaiteurs avaient eu le temps de filer… Pourtant, ils se représentent le lendemain devant l'établissement de l'avenue Princesse-Grace, au Larvotto. Les dirigeants repèrent et reconnaissent aussitôt les malfrats. Ils alertent la Sûreté publique…

Quatre mois d'emprisonnement

Interrogés dans les locaux de la rue Suffren-Reymond, les fautifs résistent, tergiversent et usent de détours pour retarder leur inculpation.

"Les images, relève le magistrat, ne sont pas d'une grande qualité. Si ces deux personnes reconnaissent bien être sur les lieux, ils contestent fermement le vol du sac. Comme ils séjournent sur la Côte d'Azur en dormant dans un véhicule, la voiture est complètement fouillée par les inspecteurs. Ils ne trouveront rien…"

Le représentant du Parquet général ne croit pas aux propos évoqués par ces "visiteurs" slovaques en vacances. "Deux personnes, souligne le premier substitut Olivier Zamphiroff. Deux contestations de pure forme! Certes le service vidéo est déficient. Mais vous avez les moyens de les condamner. Leurs casiers ne comportent pas encore les stigmates de sanctions. Mais vous avez bien des professionnels qui se spécialisent dans la soustraction. Optez pour une peine ferme de quatre mois d'emprisonnement!"

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.