Le tribunal a prononcé une peine symbolique pour dissuader le coupable de continuer à fumer ses deux joints par jour. Photo Michael Alesi

Herbe, shit, cocaïne : le joli cocktail d'un musicien monégasque

Les liaisons sont parfois dangereuses entre la musique et les drogues. Le tribunal correctionnel de Monaco peut en attester. À la barre, un jeune Monégasque de 24 ans, employé communal et musicien, a décliné ses relations tourmentées avec l'herbe, la résine de cannabis et la cocaïne.

 À ses yeux, l'usage de stupéfiants favoriserait son inspiration pour la composition musicale et l'aiderait lors des séances d'enregistrement. Les explications n'ont pas convaincu les juges qui ont condamné cet artiste à une peine symbolique afin qu'il prenne conscience de sa dépendance : cinq jours de prison assortis du sursis.

Les faits remontent au 10 juin dernier. Vers 16 h 30, les policiers prennent en filature un groupe d'individus sur l'esplanade...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter