Avant de donner un chèque en bois au commerçant, l'homme lui avait montré un relevé bancaire factice faisant état d'un solde d'un million d'euros. Photo d'illustration JFO

Deux ans de prison pour un chèque en bois de 636.400 €

Un joaillier transalpin, appâté par les boniments d'un escroc italien, avait cédé 636.400 euros de montres et bijoux contre un chèque… sans provision! Le prévenu absent à la barre a été condamné à deux ans de prison ferme.

Dans notre édition de Monaco-Matin du lundi 27 mars 2017, nous avions titré: "Il risque un an de prison pour avoir réglé 636.400 euros avec un chèque en bois".

La peine requise à l'époque par le ministère public concernait une affaire d'escroquerie. Dans ce dossier, le plaignant était un commerçant transalpin.

Rassuré par les boniments d'un aigrefin italien, il avait cédé pour 636.400 euros de montres et bijoux sans rien recevoir en échange: la provision était largement insuffisante sur le compte!

Pourtant, le gérant de la SARL Vitale, installée dans le Carré d'Or de la Principauté et spécialisée dans la joaillerie, avait pris toutes les garanties possibles afin de ne pas tomber dans un piège…

Avant de se prononcer, le tribunal avait préféré reporter sa décision à une prochaine audience. D'une part, il invitait le parquet à...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter