Yves Bouvier, marchand d'art suisse, est suspecté d'escroquerie sur des ventes de tableaux. Photo Jean-François Ottonello

Affaire Rybolovlev : Yves Bouvier entendu par la justice suisse pour escroquerie

En conflit avec le président de l'AS Monaco, Dmitri Rybolovlev, le marchand d'art suisse a été auditionné par la justice helvète au sujet d'une escroquerie présumée concernant des marges exorbitantes perçues sur des ventes de tableaux de maîtres

Accusé d’avoir escroqué le président de l’ASMonaco, Dmitri Rybolovlev, en s’octroyant des marges exorbitantes sur la vente de tableaux de maître – dont le fameux Salvator Mundi de Leonard de Vinci –, le marchand d’art suisse, Yves Bouvier, a été entendu par le parquet de Genève – qui a confirmé l’information, ce jeudi matin.

Un entretien conclu par une "inculpation" (mise en examen) selon les avocats de Dmitri Rybolovlev.

"Une non-information", selon son avocat, Me David Bitton, qui a aussitôt dressé un écran de fumée.

"ses avocats
sont de très mauvais vendeurs"

"Ces informations sont inexactes. M. Bouvier n’a pas été inculpé aujourd’hui", a-t-il avancé, avant d’ajouter: "M. Rybolovlev ne sait plus à qui vendre cette affaire, la seule chose qu’il a su vendre, c’est le Salvator Mundi, pour le reste, lui et ses avocats sont de très mauvais vendeurs".


Les avocats de Rybolovlev, qui avaient déposé cette plainte pour escroquerie en octobre dernier, n’ont pas souhaité faire de commentaires dans un premier temps, avant de se raviser face à la charge de Me Bitton.

des commentaires "particulièrement déplacés"


Me Hervé Temime a estimé que les commentaires de son confrère étaient "particulièrement déplacés", avant qu’un autre avocat des plaignants, l’Italo-suisse Carlo Lombardini, ne nous adresse un communiqué très axé sémantique.

" M. Yves Bouvier a bien été auditionné ce (jeudi) matin par le procureur genevois, M. Yves Bertossa, en qualité de prévenu, suite à la plainte pour escroqueries et blanchiment d’argent déposée contre lui (...) Le droit de procédure suisse ne connaît pas l’institution formelle de “l’inculpation” ou de la “mise en examen”. C’est la qualité en laquelle une personne est convoquée et entendue par le procureur qui révèle son statut procédural et l’intensité des charges qui pèsent contre lui. Si les charges n’avaient pas été suffisantes, M. Bouvier aurait été entendu en qualité de “personne appelée à donner des renseignements” et non en qualité de prévenu."

un milliard d'euros


La bataille juridique entre Dmitri Rybolovlev et Yves Bouvier, débutée en 2015, a conduit à l’ouverture de procédures à Singapour, en Suisse ou à Monaco pour le volet le plus retentissant ayant conduit à une instruction pour trafic d’influence.Au point, en septembre dernier, que le directeur des Services judiciaires, Philippe Narmino, ait été invité à partir en retraite anticipée.

Le montant de l'escroquerie dont les sociétés de Dmitri Rybolovlev auraient été victimes est chiffré à un millard d'euros par les parties plaignantes.