Dmitri Rybolovlev et Yves Bouvier sont en guerre sur le terrain judiciaire dans le cadre de deux affaires distinctes mais liées. Photos C. D. et J.-F. O.

Affaire Rybolovlev-Bouvier: des SMS bien embarrassants

L’avocate de Dmitri Rybolovlev aurait tissé des liens étroits avec le chef de la police judiciaire de Monaco dans le cadre d’une enquête pour escroquerie. C’est ce que révèle l’expertise de son portable.

Les avocats d’Yves Bouvier y voient du pain bénit. Ceux de Dmitri Rybolovlev, une tentative de manipulation (lire ci-dessous). Une chose est sûre, les milliers de SMS retrouvés dans le téléphone portable de Tetiana Bersheda n’ont pas fini de faire parler.

En particulier ceux qui ont été échangés avec le chef de la division police judiciaire de Monaco et son adjoint, les commissaires principaux Christophe Haget et Frédéric Fusari, dont le site français Médiapart et le journal économique suisse Bilan ont fait état en début de semaine.

Ces textos, échangés dans le cadre de l’affaire des tableaux de maîtres opposant Dmitri Rybolovlev et Yves Bouvier, tendraient à alimenter les soupçons de liens très étroits entre l’avocate du président de l’AS Monaco et ces deux fonctionnaires de la Sûreté publique.

L’affaire dans l’affaire

Piqûre de rappel. Le 9 janvier 2015, deux sociétés de la famille Rybolovlev déposent une plainte contre le marchand d’art suisse Yves Bouvier pour escroquerie et complicité de blanchiment.

Elles accusent cet "intermédiaire" d’avoir réalisé des marges exorbitantes sur la quarantaine d’œuvres acquises par Rybolovlev. Des Picasso, des Modigliani et des Rothko. On parle de quelque 800 millions d’euros sur...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter