Le maire de Beausoleil Gérard Spinelli (à gauche) et sesavocats (au premier plan à droite) ainsi que les frères Marzocco (au second plan), les promoteur de la tour Odéon à Monaco. Photo Franz Chavaroche

Affaire "mains propres": la cour d'appel se penche sur la tour Odéon et son supposé pacte de corruption

Au second jour du procès en appel de l’affaire "main propre", la cour va se pencher ce mardi sur la tour Odéon.

Lors de l’édification de ce building de 170 mètres de haut à Monaco un pacte de corruption a-t-il été passé avec le maire de la commune voisine de Beausoleil? Gerard Spinelli, le premier magistrat de la ville va devoir à nouveau s’en expliquer, tout comme Paolo et Claudio Marzocco, les promoteurs monégasque de la tour Odéon.

En première instance, devant le tribunal correctionnel de Marseille, ils avaient bénéficié d’une relaxe. Mais le parquet a fait appel. L’affaire est donc de nouveau jugée depuis le début de semaine par la cour d’appel d’Aix que préside Vincent Turbeaux.

>> RELIRE. Gérard Spinelli relaxé dans l'affaire "mains propres" se confie: "En prison, penser à l'extérieur, c'est l'enfer"

Ce magistrat aguerri entend bien se faire sa propre opinion du dossier où se téléscoppent les comptes offshore de la famille d’un sénateur, les enveloppes de billets qu’un entrepreneur fait préparer à sa compagne, par ailleurs riche héritière de famille allemande, et ces histoires d’héritage d’un oncle qui travaillait dans le pétrole...

Le président Turbeaux l’avoue: "Ça m’a fait penser à Tonton Cristobal". Avec ses lingots d’or et ses pesos, dit la chanson de pierre Perret.

Aujourd’hui il sera plutôt question de billets de banques glissés dans une enveloppe qui porterait le prénom de Gérard... Celui que porte aussi le maire de Beausoleil.

Les frères Marzocco auraient-ils tenté de le corrompre? Des accusations qualifiées de "ridicules, diffamatoires et totalement infondées" par les promoteurs de la tour Odéon.