L’altercation s’est produite dans le virage du Fairmont. Photo Jean-François Ottonello

Accusé de violences sur le pilote d’un scooter, il est finalement relaxé

Le tribunal correctionnel de Monaco a estimé que, dans l'altercation qui l'a opposé à un conducteur de deux-roues, l'automobiliste n'a pas eu un comportement suffisamment violent pour justifier une condamnation. Il faut dire que le plaignant n'était pas là pour soutenir sa version des faits.

Les altercations entre conducteurs sont légion. Un terrain "glissant" où se sont engouffrés un directeur commercial, prévenu à l’audience, et un scootériste, le plaignant, absent à la barre. Leur différend a été évoqué devant le tribunal correctionnel. Comme toujours, l’élément discordant est anecdotique et le message ne rehausse pas la personnalité des antagonistes.

"J'étais ferme, pas violent"

Le désordre créé par ce débordement éclate le 15 septembre dernier, en fin d’après-midi. Le prévenu, conducteur d’un véhicule, raconte...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter