Rafael Nadal et sa compagne Xisca Perello ont accueilli le souverain dans leur suite du Monte-Carlo Bay. Photo Jean-François Ottonello

VIDÉO. On sait pourquoi "Rafa" Nadal se sent "à la maison" à Monaco

Vainqueur de son 11e titre sur la terre battue monégasque dimanche, Rafael Nadal a aussi donné son nom à la suite fétiche qui l’accueille chaque année dans le luxueux Monte-Carlo Bay

Ce n’est pas tous les jours qu’un tel champion ouvre les portes de son intimité. Encore moins à quelques heures d’en découdre au premier tour d’un Masters 1000 où, comme chaque année, il était le favori.

Et, finalement, le grand vainqueur pour la 11e fois. Un record sans équivalent sur le circuit !

"1029, plus qu’une suite, l’empreinte d’une légende du tennis"

La semaine dernière, Rafael Nadal a en effet été l’hôte d’une sacrée délégation dans sa suite du Monte-Carlo Bay. Celle-là même qu'il occupe depuis ses premiers tournois à Monaco.

À 17h15, organisateurs du Rolex Monte-Carlo Masters, cadres de la SBM et journalistes ont emboîté le pas du prince Albert II venu inaugurer la "Suite Rafael Nadal".

Exit le simple numéro 1029 sur la porte boisée du luxueux hôtel, c’est désormais la griffe du tenant du titre et dix fois vainqueur en Principauté qui s’affiche sobrement au 10e étage.

"1029, plus qu’une suite, l’empreinte d’une légende du tennis", avance-t-on côté Société des Bains de Mer.
Et quelle empreinte!

"J’ai passé presque chaque année ici"

Car si depuis 2005, date de son premier sacre en Principauté, Nadal fait mordre l’ocre à ses adversaires, c’est aussi qu’El Matador a trouvé l’équilibre en dehors des courts.

Lui, le "trouillard" phobique du noir et des orages a trouvé ici un nid douillet pour lui et sa famille. Pour preuve, le franc sourire de sa compagne ce jour-là.

"J’ai passé ici presque chaque année où j’ai participé au tournoi et je ne peux que remercier l’hôtel d’avoir donné mon nom à cette suite. J’en suis très reconnaissant", concède le champion dont la relation avec l’établissement de la SBM et cette suite dépasse manifestement la simple superstition.

"J’AI VRAIMENT DE LA CHANCE D'ÊTRE ICI"

"Ce n’est pas une seconde maison mais je me sens heureux ici, dans cette chambre, et je remercie l’hôtel pour ce cadeau. Je me sens toujours très à l’aise à Monte-Carlo. J’adore l’événement, j’adore les personnes qui l’organisent et j’ai vraiment de la chance d’être ici."

Ici, pas de fenêtre sur court mais une fenêtre sur mer. 92 m2 ouverts sur la Grande Bleue devant laquelle "Rafa" et le souverain ont papoté de longues minutes.

A observer ces échanges, il semblerait d’ailleurs que "Rafa" se soit renseigné sur les travaux d’extension en mer à deux pas… Tout en évoquant ses souvenirs monégasques. Le meilleur ?

"j'ai vécu de grands moments ici"

"Difficile de n’en retenir qu’un tellement j’ai vécu de grands moments. Mais ça reste quand même 2005, mon premier titre ici!"

Une victoire contre Guillermo Coria à l’aube d’une carrière hallucinante seulement stoppée quelques mois par une blessure avant une renaissance, à Monaco, en 2016. Et un neuvième titre glané aux dépens de Gaël Monfils.

"on changera de paire chaque année"

C’est de cette histoire hors normes avec les courts du Monte-Carlo Country Club que la SBM s’est nourrie pour customiser la suite.Sobre et élégante mais rehaussée de reliques dans le salon.

Aux murs: une raquette de 2017 – année de la "Decima", des chaussures sous vitrine – "on changera de paire chaque année pour mettre celle du dernier tournoi et en gardant la terre battue dessus", un T-shirt dédicacé et encadré, et dix photos pour autant de victoires.

prince albert: "il m'a confié qu'il allait gagner encore 10 fois"

Un juste rendu selon Frédéric Darnet, directeur général du Monte-Carlo Bay Hotel&Resort : "Rafael Nadal est un hôte de marque, particulièrement aimé et attendu à l’hôtel. Il incarne toutes les valeurs que nous portons haut et fort dans tous les métiers exercés: dépassement de soi, humilité, simplicité."

"Il m’a confié qu’il allait gagner encore 10 fois", glissera dans un sourire le souverain.

Si tel était le cas, ce n’est bientôt plus une suite qu’il faudra rebaptiser du nom de l’Espagnol… mais un hôtel!

Cliquez ici pour voir le contenu