Pourquoi des salariés accusent Carrefour de diffamation

Grévistes ou non, les employés de l'hypermarché ont été choqués de constater que la direction prétendait qu'ils faisaient grève en soutien à la France et qu'ils n'avaient pas de revendications propres.

"L'hypermarché Carrefour de Fontvieille a été perturbé ce matin par le mouvement de salariés qui soutenaient la mobilisation des syndicats dans les hypers français."

C'est en ces termes que la direction de Carrefour Monaco avait choisi de communiquer auprès de notre rédaction au sujet de la grève qui s'est déroulée samedi dernier devant les portes de l'établissement et qui a rassemblé plus de cent personnes.

Une réponse qui a ulcéré les salariés, grévistes et non grévistes, et que les représentants du personnel n'hésitent pas à qualifier de "diffamatoire", même s'ils ne sont pas réellement surpris.

Tenus par la bourse

Car ces propos arrivent dans la droite ligne des arguments développés par la direction dans la semaine, et diffusés auprès des salariés, de manière à les prévenir des conséquences s'ils décidaient d'exercer leur droit de grève.

Un document que nous nous sommes procuré stipule en effet que la grève "doit trouver son motif dans les rapports sociaux internes de la Principauté » avant de préciser, en rouge, italique et gras : « aucun lien ne peut être fait avec les intérêts français".

Et de préciser en fin d'affiche qu'on va taper directement au porte-monnaie: "La journée de grève n'est pas payée, la prime de présence est impactée, la prime de vacances est impactée, la prime de fin d'année est impactée". Toujours en rouge et en gras, manière d'être sûr que le message est passé.

La direction a tenu à rappeler très fermement que les grévistes seraient sanctionnés Photo DR

Même les moins revendicateurs ont fait grève

Et il est bien passé. Une salariée, membre du personnel depuis 20 ans, a bien pesé le pour et le contre avant de se lancer: "Je n'ai jamais manifesté, à aucun mouvement. Mais là on n'en peut plus. On n'a plus le temps de faire notre travail correctement. C'est de pire en pire. Et puis récemment, la mutuelle nous a offert deux mois de cotisation, et finalement la direction nous a prélevé quand même. ça ne peut plus durer."

Car le cœur du problème des salariés de Carrefour Monaco se situe bien à Monaco. Un résumé de leurs revendications avait d'ailleurs été publié dans notre édition du samedi pour annoncer les perturbations. Des revendications développées par ceux que nous avons rencontrés sur place .

LIRE. Les quatre revendications des employés de Carrefour à Monaco