Monaco, Paris, Neymar et le Brésil... Jemerson se confie. Photo Michael Alesi

Pour Jemerson, le PSG est difficile à battre car "c'est une grande équipe"

Demain l’AS Monaco affronte pour la deuxième fois d’affilée le Paris-SG en finale de la Coupe de la Ligue. Jemerson et Monaco veulent plus que tout prendre leur revanche

Jemerson, c’est d’abord un sourire d’un blanc éclatant. Passer du temps avec le défenseur brésilien, comme nous l’avons fait avant cette finale, c’est mieux que du jus d’orange.ça donne une patate folle.

A 25 ans, l’ex joueur de l’Atlético Mineiro croque la vie à pleines dents et renvoie de bonnes ondes.Arrivé dans l’anonymat au cœur de l’hiver 2016, il s’est installé depuis en patron de la défense.

Ce match est-il le plus important de la saison ?
Si on met de côté les autres journées de championnat qui restent à disputer, on peut dire que c’est le plus important, oui. D’autant que c’est le PSG en face.

Vous restez sur quatre défaites toutes compétitions confondues...
On est toujours très attendu contre le PSG. Une rencontre encore plus importante car c’est une finale. Comme l’an dernier. Même si chaque match est différent, nous donnerons le maximum pour remporter ce match et faire la différence.

"Nous avons mérité d'être champion"

 

Une revanche ?
Oui, forcément ce sont les mêmes équipes, la même affiche. Mais la finale précédente appartient au passé, même si ce sont les mêmes équipes qui s’affrontent. On est surtout très concentré.

L’an dernier, vous étiez passés complètement à côté. Comment l’expliquez-vous ?
C’est difficile de trouver une explication. Nous avions une très bonne équipe puisqu’on a été champion. Ce jour-là, Paris a mieux fait les choses et mit les ingrédients pour gagner. Comme nous avons mérité d’être champion, Paris a mérité de gagner cette finale.

"Ce n'est pas un match comme les autres"

 

Par manque d’expérience ?
Une finale, ce n’est pas un match comme les autres, clairement. Sur un match, on ne peut pas rattraper nos erreurs. Ce n’est pas comme en championnat. Là,...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter