Nabid Dirar, ici devant Alex Sandro mercredi, fut l'un des rares Monégasques au niveau avec Danijel Subasic. Cyril Dodergny

Nabil Dirar, l'évidence européenne

Nabil Dirar, très bon contre la Juventus en Ligue des champions, est la caution européenne de Leonardo Jardim qui a toujours fait confiance au Marocain lors des gros matches

Il y a presque une certaine logique à ce que Nabil Dirar soit le meilleur Monégasque contre la Juventus Turin en demi-finale aller de la Ligue des champions malgré la défaite deux à zéro.

Le Marocain, repositionné latéral droit, a été l'un des rares joueurs du Rocher au niveau de l'événement et c'est souvent le cas lors des soirées européennes.

Dirar était tellement impliqué dans son match qu'il a terminé la rencontre avec un bandage autour du crâne, touché dans un contact avec un Italien.

Un match de soldat, de guerrier.

Le genre de prestation que Claudio Ranieri, en tribunes, a dû apprécier.

Le « Mister » est celui qui a changé le destin du Marocain.

Arrivé en janvier 2012 en Principauté, Dirar est alors un ailier droit dribbleur et fantasque, le genre de mec qui pratique un sport collectif en solitaire.

Le milieu débarque dans un mercato qui ressemble plus à un voyage Erasmus qu'à une équipe de football dans laquelle on retrouve, entre autres,...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter