Leonardo Jardim, entraîneur de l'AS Monaco. Photo Jean-François Ottonello

Leonardo Jardim avant Monaco-Amiens: "On n’a pas la bonne attitude"

Deux défaites de rang en championnat, une deuxième place menacée par l’OL et l’OM, une infirmerie pleine, Monaco connaît un mois d’avril compliqué mais son entraîneur, Leonardo Jardim, continue de croire en son équipe avant de recevoir Amiens, samedi (20 heures). Face à la presse, le Portugais en appelle surtout à une réaction d’orgueil de ses joueurs.

Coach, comment faire pour chasser ce vent de panique actuel?
Évidemment nous sortons de deux matches difficiles, on n’a pas joué à notre niveau. On a conscience de ça mais on est toujours deuxième du championnat, on doit réagir, faire les choses autrement. C’est un moment difficile, on a beaucoup d’absents, des joueurs en méforme, des suspendus mais on doit répondre présent. On veut donner une réponse positive contre Amiens.

Est-ce important de répéter aux joueurs qu’ils sont toujours deuxièmes?
Les joueurs le savent, tout le monde connaît le classement. On avait sept points d’avance il y a deux matches, on en a plus qu’un mais on a toujours cet avantage. Si on gagne nos 4 matches, on restera deuxième, il n’y a que ça qui compte. Amiens a une équipe qui joue bas, avec une belle transition, on doit maîtriser le match, mettre de l’engagement, de l’énergie et surtout gagner.

On sent une certaine crispation dans le jeu de votre équipe?
On a eu des moments plus agréables cette saison, en ce moment on a plus de mal, notamment depuis la finale de la Coupe de la Ligue. On a aussi 6 ou 7 blessés, tout ça mis bout à bout, ça donne une période difficile. Mais l’objectif n’a pas bougé, c’est de finir deuxième du championnat.

Est-ce difficile à accepter que certains de vos joueurs soient ailleurs et pensent, par exemple, Mondial ou au mercato?
Pour moi, oui. J’ai du mal à comprendre que l’on puisse penser à autre chose que le club actuellement. C’est un club qui a toujours soutenu les joueurs, peu importe la période. Ma mentalité c’est ça, faire un compromis et ne penser qu’à l’AS Monaco. Les joueurs vont le démontrer sur le terrain. On en parlé après Guingamp, oui. Si les joueurs sont à ce niveau, c’est grâce au club. Les contrats, les salaires, c’est Monaco. Il faut être redevable. Depuis deux matches, on n’a pas la bonne attitude, la motivation, l’intensité, la capacité à jouer pour gagner, tout ça, en ce moment, on ne l’a pas. Ça ne nous ressemble pas. On a beaucoup travaillé sur l’aspect mental cette semaine tout en redonnant de la confiance aux joueurs. Je suis confiant, j’ai vu des joueurs plus impliqués cette semaine à l’entraînement.

Un garçon comme Thomas Lemar est méconnaissable depuis un mois…
Oui, il y a certaines périodes de la saison où certains joueurs sont moins bien. Lemar est un joueur qui travaille constamment, ses chiffres de courses sont exemplaires, il n’a pas de limite. C’est le premier à avoir conscience qu’il peut faire mieux. La baisse de forme actuelle du groupe est unique car entre les blessés et la fatigue, je suis obligé de conserver le même onze de départ même quand ça ne marche pas. Normalement, quand vous avez un coup de moins bien, vous pouvez procéder à des réajustements. En ce moment, c’est plus difficile pour nous.

Falcao sera-t-il apte pour Amiens?
Oui, il a senti une gêne avant Guingamp. C’était un petit souci musculaire. Il connaît son corps, c’était une petite contracture qui a nécessité 3-4 jours de récupération mais il sera apte pour samedi. Danijel Subasic est aussi de retour, il s’estime à 100%.