Bernardo Silva a pris une autre dimension (42 matches, 9 buts, 7 passes). Cyril Dodergny et Jean-François Ottonello

Le petit prince du Rocher

Sans doute le meilleur Monégasque de la saison, et peut-être le meilleur joueur de Ligue 1, Bernardo Silva passe un test important contre City. Pour son avenir notamment

Il a l'âge de faire des bêtises, de sortir en boîte, de fumer la chicha, de s'amuser sur les réseaux sociaux, tel Serge Aurier, mais Bernardo Silva ne fait rien de tout ça. A 22 ans, le Portugais vit déjà comme un bon père de famille. On l'imagine très facilement en charentaises, sur son canapé, à se mater une série en VO pour finalement se mettre au lit vers 22 h 30.

Et quand on le voit voler sur un terrain de football, il faut bien admettre qu'il a sans doute compris avant tout le monde comment devenir un très bon footballeur. Aujourd'hui, le gaucher est le facteur X de l'ASM. « Il est peut-être le joueur le plus important de notre équipe », disait de lui Fabinho fin janvier.

Au Portugal, on doit se mordre les doigts de n'avoir jamais cru en lui.

Passé étrangement entre les mailles...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter