Buffon et Falcao. Photos Botella/Dodergny

"J'ai félicité les joueurs, ils ont montré une belle image du football français": les réactions après AS Monaco-Juventus de Turin

Après la défaite à domicile (2-0) contre la Juventus de Turin, les 22 acteurs de cette demi-finale aller livrent leur réaction.

Leonardo Jardim (entraîneur de Monaco): "La Juventus a fait une meilleure entame. On a été mieux après quinze minutes. L'efficacité a fait la différence. On a la possibilité d'ouvrir le score, mais Buffon fait de grands arrêts. J'ai félicité les joueurs, ils ont montré une belle image de l'ASM, une belle image du football français. Mbappé ? Face à la Juve, il y a peu d'espaces. Il a tout essayé, mais il lui reste une marge de progression face à ce type d'équipe. Buffon ? Il a fait des arrêts incroyables. C'est grâce à lui si la Juve n'a pas encaissé de but. Benjamin Mendy est blessé depuis le match contre Toulouse. C'est l'un des meilleurs latéraux du monde. C'est comme ça, c'est le foot. On doit encore y croire. On a très peu de chances".

Kylian Mbappé (attaquant de Monaco, au micro de BeIn Sports): "Il nous a manqué un brin de réalisme. Quand on voit le nombre de situations qu'on arrive à se créer et qu'on ne concrétise pas... Eux, c'est 100% de réussite. Deux occasions franches, deux buts. C'est la différence majeure sur le match ce soir. On va essayer de tout donner parce qu'il y a un match retour quand même, et finir sans regret"

Bernardo Silva (milieu de Monaco, au micro de BeIn Sports): "On a tout donné mais aujourd'hui, il faut dire que la Juve a été beaucoup mieux que nous. On va essayer de tout faire au deuxième match, c'est pas fini."

Vadim Vasyliev (vice-président de Monaco): "C'était un adversaire très difficile à jouer, très bien organisé, Buffon a aussi fait un grand match, mais on a eu des occasions, on a quand même montré une belle image de Monaco. Ce n'était pas notre match, pas notre jeu, on aime plus les matches ouverts. Les chances sont vraiment minimes, il faut être honnête, mais les miracles, ça peut se passer, si on marque les premiers, après qui sait?"