Nicolas Bianco (en haut à gauche) a ressorti les souvenirs de l'ASM : gants de Fabien Barthez et photo avec Marcelo Gallardo. Photos Th. P.

Ils ont fait dix-sept heures de vol pour supporter l'AS Monaco

Venus tout droit du Brésil, trois supporters de l'ASM se sont retrouvés, hier, aux Allobroges à Roquebrune, avant le match retour de ce soir contre Manchester City en Ligue des Champions

Aux murs du bar des Allobroges, les drapeaux de l'AS Monaco flirtent dangereusement avec ceux du Brésil. Des enceintes crachent des sons latinos. Ici, au fief historique des supporters asémites, on croirait à une énième fiesta, cette fois-ci en l'honneur d'un Fabinho ou même d'un Jemerson. "Ils arrivent, ils arrivent", se presse Marsou Viano, la figure de ces murs.

Mais pas l'ombre d'un joueur pro à l'horizon. Au loin, trois hommes marchent d'un pas décidé. Écharpe rouge et blanche nouée autour du cou. Marsou fait les présentations aux clients du bar. Il y a d'abord Renato. Et puis...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter