Le coach portugais Leonardo Jardim a démenti les rumeurs qui l'envoient au PSG. Photo AFP

En conférence de presse, le coach de l'AS Monaco Leonardo Jardim répond à la rumeur l'envoyant au PSG

En marge de la finale de la finale de la Coupe de la Ligue, qui se dispute à Bordeaux demain soir, Leonardo Jardim a fait un point sur son équipe mais aussi sur la rumeur qui l'envoyait sur le banc du PSG l'an prochain. Sur ce sujet, le Portugais a été drôle et sans détour: "Peut-être que le futur entraîneur du PSG sera Portugais mais il ne s’appellera pas Jardim". Ensuite, le meilleur entraîneur portugais de 2017 a répondu à la presse.

Sans Balde, blessé, l’association Jovetic-Falcao en attaque est-elle évidente?
Cela ne veut pas dire que l’on va jouer avec deux attaquants même si c’est une solution. Peut-être que c’est une idée pour le match mais pas forcément pour débuter. Stevan Jovetic a eu du mal à débuter la saison, notamment physiquement. Aujourd’hui, il est en forme, il aime le ballon, jouer entre les lignes, il a un style proche de celui de Falcao. Généralement, un bon mariage de deux attaquants marche mieux quand ils n’ont pas le même profil. C’est difficile de faire joueur deux joueurs avec le même profil et parfois, ça marche.

Que faire tactiquement pour battre le PSG?
C’est plus qu’une simple idée de tactique. On a besoin de marquer un but de plus que le PSG. Jouer mieux. Rester concentré. Ensuite, la stratégie ne permet pas de gagner à tous les matches. On va devoir faire attention au jeu offensif du PSG, que ce soit Cavani, Di Maria, Mabppé. Mais nous, on aura besoin de jouer notre jeu quand on aura le ballon. L’an dernier, on avait réussi à battre le PSG en championnat et ramener un nul du Parc des Princes. Ce qui compte le plus quand vous jouez le PSG, c’est la concentration. J’ai confiance en mon équipe.

>>LIRE AUSSI. Remporter la Coupe de la Ligue, "un vrai objectif" selon le défenseur de l'AS Monaco Kamil Glik

L’absence de Neymar change-t-elle la donne pour ce match?
Oui, tout le monde sait que c’est un très grand joueur mais quand vous pouvez le remplacer par Di Maria ou Draxler, c’est quand même quelque chose. Le PSG ce n’est pas seulement un joueur.

Le contexte de la finale est différent de celle de l’an dernier?
L’an dernier, comme cette année, le match arrivait après une trêve internationale. On n’a pas beaucoup de temps pour s’entraîner tous ensemble. Il faut donc tout miser sur la concentration. Il faut réussir à accompagner le joueur lorsqu’il va basculer dans sa tête entre sa sélection et la finale. L’an dernier, on n’avait pas réussi à faire cette transition. C’est plus facile pour les joueurs qui ont l’habitude d’aller en sélection, pour les jeunes, c’est plus compliqué. V

Vous allez retrouver Kylian Mbappé…
Je connais ses qualités, il est redoutable en transition et quand il a de l’espace. Le plus important, et le plus facile pour l’arrêter, c’est qu’il ne soit pas en forme (rires). C’est un garçon qui était performant l’an dernier, notamment les derniers six mois avec nous. Il est sur sa lancée.