Stevan Jovetic avait ouvert le score pour l'AS Monaco. Son premier but sous ses nouvelles couleurs cette saison. AFP

AS Monaco : presque trop facile... Falcao, et de deux qui font onze

Sans forcer et avec une efficacité redoutable, Monaco a très (trop) facilement disposé du LOSC de Marcelo Bielsa dans le Nord (4-0). Place à Porto maintenant

Mine de rien, se confronter à une équipe de Marcelo Bielsa, même quand celle-ci affiche une moyenne d'âge de 22 ans - plus jeune équipe d'Europe - c'est assez excitant quand on aime le football. Hier, Leonardo Jardim et son escouade ont regardé dans le blanc des yeux l'entraîneur qui a inspiré Josep Guardiola, Mauricio Pochettino et Jorge Sampaoli, rien que ça. Et force est de constater que Jardim, « El Tactico », n'a rien à envier à Bielsa, « El Loco ». Oui, les deux coaches n'ont pas le même matos sous la main mais, dans un stade Pierre-Mauroy très calme malgré la situation catastrophique du LOSC (17e ce matin), Jardim a donné une leçon de réalisme, mais aussi de football à Bielsa (4-0). Car Monaco est un animal à sang-froid et après trente minutes de jeu, le club de la Principauté n'avait cadré que deux frappes. Le score ? 2-0.

Deux buts en 7 minutes qui plus est. Moralement, l'adversaire est au tapis. Couché. Sonné. KO. Monaco a déployé son 4-4-2 d'école, avec un pressing haut d'entrée pour gêner les sorties de balle du 3-3-3-1 de Bielsa et notamment Junior Alonso dont le ballon semblait lui brûler les pieds. Ce n'est d'ailleurs pas anodin de voir l'ASM ouvrir la marque sur une passe manquée lilloise. Sur le coup, le pauvre El Ghazi se troue et Jovetic fait parler sa technique et son sang-froid. Monaco marque sur sa première demi-occasion. La recette des...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter