La police scientifique avait œuvré des heures sur la scène de crime le 24 février. Michael Alesi

On en sait plus sur la personnalité de celui qui a tué un cuisinier à Monaco

Dans l'attente du rapport d'autopsie pratiquée sur le cuisinier italien poignardé à mort dans le restaurant du Portier, de premiers témoignages dépeignent un assassin « taciturne » et instable

Trente ans. Italiens. Partageant une même passion pour la cuisine. Voilà pour les seuls points communs entre Alfio Fallica et Ricard Nika. Ce dernier, toujours détenu à Imperia après avoir avoué le meurtre de son collègue, est en effet présenté comme un personnage énigmatique, « taciturne ». Au contraire d'Alfio, sa victime, qualifié de « volubile ». Deux personnalités incompatibles ?

Les enquêteurs ont en tout cas la certitude, d'après les premiers témoignages, qu'une dispute avait éclaté entre les deux cuisiniers le mois dernier. Pourquoi ? L'enquête de personnalité débutée ces derniers jours tentera de l'établir.

« C'était un bon ouvrier »

Auteur de propos « confus » après s'être livré à la police italienne le soir même du meurtre, à Bordighera, Ricard Nika se serait depuis prostrée dans le mutisme selon les médias italiens. Rien de surprenant selon d'anciens collègues de travail, qui présentent l'homme comme un taiseux capable de coups de sang lorsque poussé...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter