Le plâtrier-plaquiste aimait trop les joints : un mois avec sursis

Malgré sa consommation quotidienne, trois à quatre joints de cannabis depuis l'âge de seize ans, un plâtrier-plaquiste de vingt-six ans conteste toute dépendance physique à l'herbe devant le tribunal correctionnel.

Malgré sa consommation quotidienne, trois à quatre joints de cannabis depuis l'âge de seize ans, un plâtrier-plaquiste de vingt-six ans conteste toute dépendance physique à l'herbe devant le tribunal correctionnel.

S'il fume, c'est juste pour évacuer une sorte de stress ou pour s'aider à relativiser les contrariétés de l'existence ! Pourtant, le 7 août dernier, vers 11 heures sur le quai Albert-Ier, quand les policiers contrôlent...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter