Incendies : ils sont les yeux des sapeurs-pompiers

Embauchés par le Département, dix-huit guetteurs se relayent, l'été, dans les neuf postes de vigie pour surveiller les secteurs à risques. Parmi eux, Medhi, musicien et guetteur à la Revère

Depuis le début de l'été, les Alpes-Maritimes sont classées en risque sévère, voire très sévère au niveau des feux de forêt. De fait, en à peine un mois, trois gros incendies sont à déplorer : Castagniers, le 17 juillet, avec 120 hectares calcinés, une semaine plus tard, Carros (91 hectares) où trois maisons ont été touchées par les flammes dont une totalement détruite, 17 personnes évacuées, puis mardi, Saint-Cézaire-sur-Siagne, au-dessus de Grasse, où le bilan provisoire fait état de 55 hectares détruits.

À l'origine de cette alerte rouge incendie, les températures caniculaires, conjuguées à un air très sec renforcé par un vent chaud à effet de fœhn soufflant sur une végétation particulièrement desséchée. « Il suffit de peu de chose, d'un mégot jeté au bord d'une route, d'un barbecue mal maîtrisé, pour que tout s'embrase » pointe...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter