Le tribunal a prononcé une peine symbolique pour dissuader le coupable de continuer à fumer ses deux joints par jour. Michael Alesi

Herbe, shit, cocaïne : le joli cocktail d'un musicien monégasque

Les liaisons sont parfois dangereuses entre la musique et les drogues.

Les liaisons sont parfois dangereuses entre la musique et les drogues. Le tribunal correctionnel de Monaco peut en attester. À la barre, un jeune Monégasque de 24 ans, employé communal et musicien, a décliné ses relations tourmentées avec l'herbe, la résine de cannabis et la cocaïne. À ses yeux, l'usage de stupéfiants favoriserait son inspiration pour la composition musicale et l'aiderait lors des séances d'enregistrement. Les explications n'ont pas convaincu les juges qui ont condamné cet artiste à une peine symbolique afin...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter