C’est au cœur de l’immeuble Castor que s’est noué le drame familial. Drame humain à Beausoleil, deux corps en décomposition retrouvés. Photo T.P.

Drame à Beausoleil, la thèse du double suicide privilégiée

Après la découverte de deux corps en décomposition, ce mardi avenue Paul-Doumer prolongée, les enquêteurs de Menton ont découvert un mot d’excuses et des médicaments.

Des mots écrits sur un calepin. Des excuses, d’abord. "Maman et moi avons décidé de partir", ensuite. Ces quelques lignes retrouvées par les enquêteurs de la Brigade de sûreté urbaine de Menton font suite à la macabre découverte de deux corps, ce mardi avenue Paul-Doumer prolongée à Beausoleil (lire notre édition de ce mercredi).

>> RELIRE. Deux corps en décomposition retrouvés dans un appartement de Beausoleil

Les victimes? Une mère et son fils âgés respectivement de 74 et 47 ans, dont le décès remonte à plusieurs jours. Si le soir même, par prudence, les enquêteurs du commissariat de Menton n’excluaient aucune hypothèse, il semblerait désormais qu’à la lumière de nouveaux éléments, celle du double suicide soit fortement privilégiée.

Une autopsie pour confirmer

Au cours de leurs investigations dans l’appartement, des boîtes d’antidépresseurs et d’anxiolytiques ont été découvertes, laissant penser que l’absorption massive de médicaments a conduit au décès tragique des deux membres de cette même famille. D’autant que le médecin-légiste, dépêché de Nice, n’a, de prime abord, pas constaté de lésions suspectes sur les dépouilles. Lesquelles ont été rapatriées au "reposoir" de l’hôpital Pasteur à Nice. C’est en ce lieu qu’une autopsie et, sans doute, des analyses toxicologiques seront effectuées pour confirmer définitivement cette piste.

"Le mot, en cours d’exploitation, laisse penser que ce sont des personnes qui avaient des tendances suicidaires. Il y a une conjonction d’éléments qui tendent vers cela", confie, prudent, Jean-Michel Prêtre, procureur de la République à Nice, qui attend les résultats de l’autopsie.
Quant aux raisons qui ont conduit au drame, elles s’avèrent toujours floues. On sait que le fils souffrait de dépression. Par ailleurs, des membres de la famille, profondément bouleversés par cette tragédie, ont été entendus ce mercredi pour permettre de faire toute la lumière sur ce drame.