Avant de prendre la fuite à pied, les braqueurs avaient mis lefeu à leur véhicule pour brouiller les pistes. Photo DR

Braquage de Cartier à Monaco: les voleurs avaient repéré les lieux le matin

Les autorités monégasques ont annoncé ce lundi en conférence de presse que "l'intégralité" du butin avait été récupéré. Selon le procureur général de Monaco, Jacques Dorémieux, les braqueurs "avaient pensé leur coup".

Les individus mis en cause sont "de jeunes Français – du moins ceux interpellés pour l’heure — de Vallauris, sans passé judiciaire affirmé. L’un a un casier judiciaire, d’autres pas. Aucun n’est connu pour des faits de braquage", a souligné ce lundi le procureur général de Monaco, Jacques Doré- mieux.

>> RELIRE. VIDEO. Braquage de Cartier à Monaco: la totalité du butin de "plusieurs millions d'euros" retrouvée

Âgés de 20 à 25 ans, ce ne sont pas "des personnes aguerries" mais pas non plus des bras-cassés selon le directeur de la Sûreté publique, Richard Marangoni.

"Ils se sont préparés. Le fait d’incendier leur véhicule dans leur fuite, et d’avoir un Jerrican d’essence à l’intérieur, ça veut dire qu’il y a eu préparation de l’opération." D’autant plus que des vêtements de rechange avaient été "dissimulés à proximité".

"Un semi-automatique chargé"

Jacques Dorémieux a ainsi préféré parler de "semi-professionalisme". "Des amateurs éclairés qui ont compris que laisser la voiture derrière eux pouvait être dangereux (...) Ce sont des gens qui avaient pensé leur coup. Il y avait eu une reconnaissance le matin. On n’est pas dans l’improvisation non plus mais je pense qu’ils ont été surpris par les capacités de réaction de la police monégasque".

S’il n’y a pas eu d’échanges de coups de feu, les deux armes utilisées étaient bien prêtes à l’emploi selon Richard Marangoni: "Le semi-automatique que nous avons récupéré était chargé avec une cartouche en chambre".

"On ne sait pas quel était leur projet ultérieur. On peut imaginer qu’ils allaient les revendre ou les remettre à des receleurs car ce sont des bijoux de valeur qui ne se revendent pas aussi facilement. Parfois même on retravaille les bijoux…", a conclu le procureur général.