L'intervention rapide des policiers grassois a permis de neutraliser le tireur en seulement dix minutes. Patrice Lapoirie

Armé jusqu'aux dents, il tire dans son lycée

Un élève de 16 ans a blessé trois de ses camarades et son proviseur au lycée Alexis-de-Tocqueville hier à Grasse. Différend entre camarades ou fascination pour les tueries, ses motivations restent floues

Hervé Pizzinat, le proviseur du lycée Alexis-de-Tocqueville à Grasse, a lui-même prévenu la police à 12 h 55. Il venait d'être informé que Killian, un de ses élèves de première, arpentait les couloirs de cet établissement avec un fusil à pompe en bandoulière ! Outre cette carabine de chasse, le procureur de la République de Grasse, Fabienne Atzori, a confirmé en fin d'après-midi que ce lycéen à peine âgé de 16 ans était en possession d'un petit arsenal : « Plusieurs armes de poing, une grenade d'exercice et, il semblerait également, un explosif artisanal. »

Killian n'a pas hésité à en faire usage. Le dernier bilan établi par la préfecture des Alpes-Maritimes faisait état, hier soir, de quatorze blessés dont quatre par arme à feu. Le pronostic vital d'aucune des victimes ne serait toutefois engagé. Grâce à la réactivité du personnel de cet établissement qui compte plus de 800 inscrits et celle des forces de l'ordre un scénario à la Columbine a pu être évité.

Le compte Facebook de ce fils d'élu local grassois révèle en effet que Killian avait une certaine fascination pour ces tueries de masse qui endeuillent...

Pour lire ce contenu :

je suis déjà abonné, me connecter