Après un don du GEMLUC de 150 000€, la colonne 3D permet, depuis le début de l’année, de voir les plans tissulaires dans les trois dimensions, permettant un geste plus aisé et plus précis. DR

Des entreprises de Monaco mobilisent la haute technologie pour lutter contre le cancer

"Au cours de leur vie, un homme sur deux et une femme sur trois ont un cancer." Le docteur Béatrice Brych, présidente du GEMLUC (Groupement des Entreprises Monégasques dans la Lutte contre le Cancer) depuis juin 2007, s’attache à concrétiser des projets pour repousser les limites imposées par la maladie.

A Monaco, l'association finance des recherches très ambitieuses et du matériel haute technologie.

Au Centre Hospitalier Princesse Grace, ils sont également de plus en plus à lancer: "Ça, c’est grâce au GEMLUC." C’est ce que lance le docteur Philippe Brunner, chef de service en Radiologie interventionnelle, lorsqu’il guérit des patients atteints de certains cancers par la cryothérapie grâce à des sondes non remboursées par les caisses sociales et financées par l’association en 2015.

Dernier investissement réalisé : la colonne 3D en Chirurgie générale et viscérale. Un don de 150.000€ a été fait en 2016 pour équiper la salle d’opération. L’appareil est entré en service en janvier 2017 et permet au chirurgien de voir en 3D, permettant un geste plus aisé et plus précis. "Nous avons déjà opéré une soixantaine de patients avec cette colonne, explique le docteur Chazal. En France, une cinquantaine d’établissements utilisent cette technique."

Pour la fin de l’année, le GEMLUC a décidé d’aider le service d’Urologie du docteur Hervé Quintens. Il s’agit de financer une sonde d’échographie (26.000 euros), un urétéroscope souple (35.000 euros) et un équipement pour favoriser l’énucléation tumorale au laser (27.000 euros) pour ôter une partie de la tumeur par voies naturelles.

Au Centre Scientifique de Monaco, en 2016 et 2017, les recherches portent sur le cancer du pancréas. "En agissant sur un gène transporteur d’un acide aminé essentiel, les chercheurs ont obtenu une mort foudroyante des cellules cancéreuses par abolition de leurs défenses antioxydantes. Cette découverte, une fois adaptée au traitement du cancer pancréatique, serait d’un bénéfice considérable", explique le docteur Brych.